Histoire de plomberie

Le métier de plombier

Un tuyau qui fuit ? Un robinet défectueux ? Le chauffage qui ne fonctionne pas correctement? Autant de situation qui nous amènent à faire appel aux services d’un plombier. Mais savons-nous exactement en quoi consiste ce métier, depuis quand cela existe-t-il, d’où vient cette appellation ?

Pourquoi appelle-t-on ainsi celui qui exerce le métier de plombier alors qu’il touche plutôt à du plastique ou encore du fer ? Cette appellation résulte du fait que ce type d’ouvrier est en charge de la maintenance des canalisations, qui étaient principalement en plomb vers la fin du 19è siècle.

Les temps changent et le travail de plomberie a aussi évolué avec. En effet, mis à part l’entretien des canalisations, le domaine d’expertise du plombier s’est élargi et touche désormais l’installation sanitaire : la pose des éléments tels que le lavabo, la baignoire, l’évier, la robinetterie etc. Ce n’est pas tout, ils se sont aussi spécialisés dans le chauffage. La pose d’une chaudière, son entretien, le remplacement en cas de défectuosité, le désembouage et le détartrage et plus encore. Autant de domaines d’activités qui sont maintenant reliés à la plomberie. Le dénominatif a même évolué pour devenir désormais « plombier chauffagiste ».

L’exercice de cette profession ne peut se faire sans une formation au préalable. Bien que cela ne s’apprend généralement pas sur les bancs d’une école, le plombier en devenir se doit de suivre un cursus d’apprentissage auprès d’un mentor. Ce dernier se charge de le former et de lui transmettre les ficelles du métier. L’expérience joue aussi un rôle important dans l’acquisition du savoir-faire requis pour réussir dans ce milieu. En effet, un plombier qui a été amené à intervenir dans différentes situations acquiert la faculté de maîtriser ces situations et mieux les gérer qu’un débutant.

Il va sans dire que le savoir n’est rien sans les outils appropriés. Dans le cas d’un chauffagiste ou d’un installateur sanitaire, les outils principaux sont la lampe à souder et la clé à molette. A ceux-là s’ajoutent les incontournables pinces et tenailles, les joints, les gants et bien d’autres encore.

Comme tout autre travail du secteur ouvrier, la plomberie comporte des contraintes physiques. On peut citer la manutention de charge lourde, le travail dans des espaces restreints et confinés, l’adoption de diverses postures inconfortables. Ce ne sont là que des exemples. A cela s’ajoutent aussi les risques du métier tels que les chutes dues aux sols mouillés et glissants, le fait de se cogner la tête et les autres parties du corps ainsi que les petites blessures quasi quotidiennes.

Sites internet pour en savoir plus

http://www.debouche-canalisations.fr/

http://www.atid-degorgement.fr/

http://www.plombier77.net/